CONTACT INVESTIR COMPORTA ALGARVE LE PORTUGAL

My Lisboa avec l’agent de publicité Catarina Henriques

My Lisboa | Catarina Henriques
Par Joana CIDADES Il y a 2 ans
Catégories :
My Lisboa

“Il y a toujours des merveilles à découvrir, des surprises pittoresques à portée de main. Lisbonne est un tableau vivant”

 

Pourquoi Lisbonne, à votre avis ?


Lisbonne est unique! Bien que je sois née à Lisbonne, je m’y sens toujours comme une touriste. Il y a toujours des merveilles à découvrir, des surprises pittoresques à portée de main. Lisbonne est un tableau vivant! Parfois j’aime rester en haut d’une rue, sans bouger, en observant le Tage encadré par les immeubles de la capitale. C’est ma Lisbonne à moi ! heart

 

Miradouro de Lisboa

Vue sur le Tage et sur les maisonnettes de Lisbonne

 

 

Qu’est-ce qui marque la différence dans la capitale ?


La lumière! Ça paraît un cliché, mais ce ne l’est pas! La lumière de Lisbonne est différente, elle a une luminosité spéciale qui lui donne un charme très caractéristique. C’est vrai! Les rues nous parlent, la vie existe sur les chaussées, les trottoirs nous racontent des histoires, les visages sont marqués par les vestiges du passé et par l’histoire de la ville…Personne ne reste indifférent !

 

Quelle a été votre dernière découverte à Lisbonne ?


La Cinémathèque Portugaise. Un oasis de paix et joie de vivre, où on respire le cinéma, avec une terrasse  où l’on peut passer une fin d’après-midi ensoleillée. Je le recommande.

 

Quel est votre restaurant préféré ?

C’est difficile d’en choisir qu’un seul ! Mais l’un de mes préférés se situe Avenue da Liberdade.  Il y a un restaurant, dont le nom signifie une explosion d’émotions en portugais!  Vous avez deviné de quel restaurant il s’agit? RUBRO…

 

Rubro

Restaurante Rubro

 

 

 Quand vous avez besoin d’un endroit pour vous relaxer en ville, où allez-vous ?


Je préfère l’agitation au calme, mais quand je veux me relaxer, j’aime marcher tout simplement, sans destination, respirer l’air pour purifier mon âme au long de l’avenue, et habituellement j’atterris au Cais do Sodré.

 

Qual é o segredo mais bem guardado de Lisboa?


Une des préciosités pour moi c’est le “Reservatório da Patriarcal”, installé au sous-sol du jardin du Príncipe Real- C’est une découverte réellement magique !

 

Reservatório da Patriarcal

"Reservatório da Patriarcal"

 

 

Où allez-vous faire les courses sans hésitation ?


Au magnifique Chiado.

 

 

Que recommanderiez-vous comme espace culturel à Lisbonne ?

 

La Fondation Calouste Gulbenkian : une autre perle rare de la capitale. Elle rassemble le meilleur de deux mondes: la nature et la culture.


 

Fundação Calouste Gulbenkian

Jardins de la Fondation Calouste Gulbenkian

 

 

Décrivez Lisbonne en un mot...


Charmante.

 

Donnez-nous une idée pour Lisbonne...

 

Le théâtre de rue. Je pense qu’il n’existe presque plus et ce serait certainement une façon de rapprocher le public au théâtre.  Ça tombe bien, c’est ce qui s’est passé avec moi !

 

 

Catarina Henriques

 

 

Qui est Catarina Henriques?

 

KAATRI est Catarina Henriques ou Catarina Eu Fêmea (Moi femelle!) comme elle aime s’imaginer. Copy de profession, la batterie de passion. Un jeune femme régulière, mais avec de fortes émotions les vendredis. Femme qui sait bien employer ses mots et qui sait bien ce qu’elle veut. Gamine simples qui s’explique de façon poétique:

 

Eu tenho dois amores as palavras e os tambores

Às vezes penso com a tola outras vezes com a tarola

A minha arma é a baqueta mas também mato com a caneta

No meio está uma virtude qualquer que faz ressalto nesta mulher

Sou pessoa batente escrita em tinta permanente

Faço do bombo coração e se não bato com o pé, saio fora de mão

Para mim parar de escrever é parar de bater e parar de bater é parar de viver, e parar de viver é parar de viver.

K.

 J’ai deux amours: les mots et les tambours

Parfois je pense avec la tête, parfois avec une caisse

Mon arme est la baguette, mais je tue aussi avec mon stylo

Il y a une vertu qui ressort en moi

Je fais de la batterie mon cœur, et si je ne bats pas avec mon pied je dévie mon chemin avec la main

Pour moi, arrêter d’écrire, c’est arrêter de battre et arrêter de battre, c’est arrêter de vivre, et arrêter de vivre c’est arrêter de vivre.

K.

 

Où peut-on vous trouver ?

 

Facebook: facebook.com/katari.ch

Instagram: instagram.com/katariheavymachinery/