CONTACT INVESTIR COMPORTA ALGARVE LE PORTUGAL
  • Home >
  • LE BLOG >
  • Le projet de Norman Foster pour rénover Lisbonne

Le projet de Norman Foster pour rénover Lisbonne

Le projet de Norman Foster pour rénover Lisbonne
By Luis RIBEIRO . 5 years
Categories :
Vivre à Lisbonne

 

Il est l’un des architectes les plus en vue au monde et ses réalisations, de Londres à New York et de Hong Kong à Tokyo parlent pour lui.

 

A ce jour, Norman Foster s’est porté candidat d’un premier projet de rénovation du parc Mayer, à la toute fin du 20ème siècle et, voici une dizaine d’années, du quartier Boavista Santos, qui pourrait devenir l’emblème de Lisbonne. Un projet qui pourrait rejaillir assez vite des cartons.

 

Qui est Norman Foster ?

Architecte britannique, la réputation de ce natif de Manchester a, depuis longtemps, dépassé les frontières. Il fonde son premier cabinet, Team 4, en 1963, alors âgé de 28 ans,  avec un autre célèbre architecte : Richard Rogers. En 1967, ils se séparent et Norman Foster va fonder Foster Associates qui deviendra, plus tard, Foster + Partners.

 

Son cabinet compte, aujourd’hui, plus de 500 collaborateurs et, au-delà de ses bureaux à Londres, détient aussi des agences dans cette même ville ou à Berlin et à Hong Kong.

 

Immobilier, mobilier, décoration intérieure, les projets, initiatives et réalisations se situent à tous les niveaux de l’architecture.

 

Ses réalisations

Considéré comme l’un des leaders de l’architecture dite high-tech, quelques-unes de ses réalisations restent célèbres. Nombre de ses gratte-ciel sont connus de par le monde parmi lesquels le 30 St Mary Axe de Londres ou la Hearst Tower de New York qui lui ont permis, chacun, de recevoir des Emporis Skyscraper Awards en 2003 et 2006.  

 

Mais on pourrait leur ajouter des centaines de réalisations. On se contentera d’en citer quelques-unes, soit parce qu’elles sont remarquables, soit parce qu’elles représentent cette influence mondiale qu’il a su imposer : la BBC de Londres en 1985, le HSBC Main Building de Hong Kong la même année, le Century Tower de Tokyo en 1991, la Torre de Colsrola de Barcelone en 1992, le Carré d’Art de Nîmes en 1993, le siège social de la Comerzbank de Francfort en 1997, le Samsung Motors Office et Showroom en Corée du Sud en 1998, l’aéroport de Hong Kong en 1998, l’Al Faisaliah Center de Riyad en 2000, le Millenium Bridge de Londres en 2001, la Cour Suprême de Singapour en 2004, le viaduc de Millau en 2004. 

 

Mais on pourrait encore en trouver en Suisse, au Kazakhstan, en Australie, en Chine, au Maroc, au Canada, en Russie ou aux Emirats Arabes Unis.

 

Un nouveau projet

Dès 2004, le cabinet de Norman Foster présentait un projet novateur sur le site de la décharge du quartier Boavista Santos. Un quartier qui sortirait de terre en reliant les accès bateaux pour les grandes croisières, liaisons ferroviaires et routes.

 

En réhabilitant ce secteur abandonné avec une tour de 110 mètres de haut, à usage résidentiel, un complexe hôtelier de 210 chambres, des commerces, des bureaux, des espaces loisirs, un port de plaisance, la volonté de l’architecte est de faire vivre ce nouveau quartier 24 heures sur 24, que ce soit par le côté résidentiel, le côté professionnel, ou encore en apportant des activités artistiques ou culturelles.

 

Vient s’y adjoindre, un atout “économie durable” avec l’utilisation des moyens naturels du pays, comme le soleil ou le vent par des générateurs au sommet des tours. “Un symbole pour les générations futures” comme le déclarait Norman Foster lui-même.

 

Prévu à une centaine de millions d’euros et réalisable sur 3 à 4 ans, ce projet qui aurait dû voir le jour vers 2008 ou 2009 n’a, pour l’instant, pas encore abouti. Si la crise économique a certainement mis quelques bâtons dans les roues de cette aventure, l’idée n’est toujours pas totalement effacée et pourrait rejaillir dans un futur proche, avec l’arrivée des étrangers dans la ville et la redynamisation du pays grâce à cet afflux de capitaux.

 

photo credit: Boris's Lair - mono version via photopin (license)