CONTACT INVESTIR COMPORTA ALGARVE LE PORTUGAL

Monforte da Beira: une fête de la Saint-Jean, unique au monde

Monforte da Beira
By João GALVÃO . 1 year

Imaginez des ânes sautant des feux de bois, un groupe vocal improvisé par des personnes, tant de choses fantastiques si loin et si proche.

 

La ‘São João’ (Saint-Jean) est une grande fête à Porto et à Lisbonne. Mais c'est déjà un événement institutionnel, conçu pour les touristes et les visiteurs, avec du rock et beaucoup de groupes musicaux, des promenades délimitées et guidées, des stands de nourriture et de boissons: tout est très typique, très pittoresque pour les visiteurs.

 

Monforte da Beira est un petit village à l'intérieur du Portugal, à côté du grand massif espagnol, à une journée à pied de la frontière du Tage en pleine division géographique entre la région de l'Alentejo et les montagnes rocailleuses de la région de la Beira-Baixa.

 

La région de la Beira-Baixa est la barrière et la transition entre ces deux typologies de sol, et en plus, le fait qu’elle soit lointaine, oubliée et à l'intérieur des terres, fait en sorte qu’elle soit considérée la plus authentique au Portugal; oubliez les sardines de Lisbonne et les petits marteaux en plastique de Porto, ici c'est vraiment le Portugal: rien n'a été conçu exprès pour les touristes, les choses sont ici comme elles l'ont été pendant des siècles.

À écouter pendant que vous lisez, "Macelada" par le groupe musical Segue-me à Capela, chanson populaire de la région de la Beira Baixa

 

La fête de la São João, dans le petit village de Monforte da Beira, à 25 kilomètres de Castelo Branco, la capitale du district, est l'une de ces choses qu'on peut voir à National Geographic. C'est une fête pleine de rituels qui se transforme, littéralement, du matin au soir, de cérémonies religieuses en rites païens. Et vous pouvez la voir les 23 et 24  juin, sans que ce soit à la télé: c'est clairement une célébration barbare, qui était célébrée pendant la nuit la plus longue de l'année, le solstice magique, et dont l'Eglise s'est appropriée et a offert à Saint Jean-Baptiste.

L’étendard de São João, sur le chemin du rituel du passage annuel, à cheval. Sur la photo d'ouverture, avec l'image du saint, un tambourin traditionnel

 

La fête est toujours offerte par une famille, la famille du majordomede la fête. Le drapeau, ou étendard, de São João, symbole religieux de la fête, reste à la fenêtre du majordome élu l'année précédente et jusqu’à ce que la fête commence, le 23 juin.
Après le Saint, le profane. L'après-midi du 23, il y a des grands feux de bois en plein milieu des rues, qui éclaireront la nuit et où les hommes et les bêtes les plus courageux (chevaux et ânes) sauteront par-dessus, certainement encouragés par l'eau de vie de fruits qui poussent dans la montagne. Cette pratique n’a lieu qu’ici et c’est certainement le point culminant de la São João à Monforte da Beira.
Le 24, en fin de journée, le vieux majordome remet au majordome élu le nouveau drapeau du Saint, qu’il devra conserver jusqu'à l'année suivante – c’est le rituel du passage.
En raison de la désertification de l'intérieur, cette tradition n’a presque pas eu lieu cette année. En avril, il n'y avait toujours pas de candidat pour devenir majordome, et le Conseil de la Paroisse du village a garanti qu'il assurerait ce poste, s'il n'y avait pas de candidatures.

La partie païenne de la fête, où les rues s’incendient et les hommes et les animaux sautent au-dessus des feux de bois.

 

La musique est très importante. Elle risque également de se perdre pour les mêmes raisons: la musique de la région de la Beira-Baixa est unique et endémique.Composée par des chœurs de voix féminines, l'accompagnement est fait par une espèce de daf, un tambourin auxvestiges islamiques. Ce tambourin typiquement portugais, appelé "adufe"en portugais, est un carré d'environ 50x50x10cm, avec une structure en bois et une peau de chèvre sèche et étirée sur le cadre. Il peut avoir de petits disques de métal qui aident les percussions (ou pas) et les femmes chantent et jouent en même temps; et les écouter, c’est voyager les yeux fermés.
 

Le nom Monforte est la jonction des mots "mont" et "fort", comme le prouvera facilement l'existence résiduelle d'une ancienne fortification en ruines au sommet d'un mont très proche du village. Peupler le village, il y a plusieurs milliers d'années, a été assez facile, dû à la proximité du Tage et de la rivière do Aravil, qui permettaient l'irrigation des champs, la pêche et l’élevage du bétail.


Dans un mont voisin, une hache en laiton a été retrouvée, datant probablement de 2000 avant J.-C et les Romains, trouvant ici des conditions appropriées pour les fermes et les exploitations agricoles, ont laissé leur marque, ce qui permet de dire que, de nos jours, plusieurs découvertes archéologiques ont été recueillies grâce aux fouilles.

Le passage annuel de l'étendarddu Saint, fait à cheval.

Dans ce genre de festin, il y a une gastronomie traditionnelle obligatoire à déguster: la soupe riche en pois-chiches, le chevreuil en forme de ragoût ou au four, toute la charcuterie de porc, en particulier une saucisse de porc, faite avec de l’estomac de l'animal (le bucho) servant d'emballage à de petits morceaux de viande et de cartilages, assaisonnés et oubliés dans le coin de la cheminée en train de sécher.


Pour la São João, il y a certainement les "Broas" (pains de mie) avec le nom du saint, "Coscorões" (des beignets frits au sucre et à la cannelle) au goût de l’eau de vie et la "Bica", un exceptionnel pain à l’huile d’olives cuit au bois: comme tout le reste d’ailleurs.

 

Oui, c’est vrai, le village se trouve à trois heures de route de Lisbonne (ou plus, si vous conduisez comme moi, une Miss Daisy!), mais l'effort vaut bien le détour. Ce n'est pas l'Australie, rien ne se trouve à plus de 3 ou 4 heures de voyage.

Première Photo de João Silva
Photos suivantes de Luís Adrião