CONTACT INVESTIR COMPORTA ALGARVE LE PORTUGAL

La ville de Porto appliquera une taxe de séjour de deux euros

Taxe touristique
By Paula ALVES . 1 year
Categories :
Portugal Tourisme

Le règlement de la nouvelle taxe a été approuvé par la municipalité de Porto le 12 décembre

 

C'est déjà à partir du 1er mars de l'année prochaine que Porto commencera également à appliquer une taxe de séjour, similaire à ce que Lisbonne fait d’ors et déjà. La capitale du Nord du pays appliquera une taxe de séjour de deux euros par nuit pour tous les clients de plus de 13 ans. Le règlement de la nouvelle taxe a été approuvé par la Mairie de Porto (CMP) le 12 décembre, avec l'abstention de la CDU (un parti politique de gauche avec les communistes et les écologistes). Cette nouvelle taxe permettra de collecter pour la ville un total de six millions d'euros.

 

Le parti politique CDU a défendu, lors d’une réunion, la valeur d'un euro par nuit, ainsi qu'une taxe appliquée uniquement aux clients de plus de 18 ans, comme l’avait suggéré le PS (Parti Socialiste). De son côté, le conseiller du PSD (Parti Social Democrate), Álvaro Almeida, affirme qu'il s'agit "d'une bonne réglementation avec une taxe bien définie", mais d'un autre côté, la mairie doit être en conformité avec la loi, "en soulageant les résidents des coûts" , donnant comme exemple la propreté de la ville.

 

Selon le document en discussion, la nouvelle taxe entrera en vigueur "le 1er mars 2018 et ne s'appliquera pas aux réservations effectuées avant cette date". Cette taxe est facturée par nuit, jusqu'à un maximum de sept nuits consécutives par personne, indépendamment de la réservation (présentielle, analogique ou numérique). "Les clients dont le séjour est dû à un traitement médical, ainsi que ceux ayant une incapacité égale ou supérieure à 60%, sont exemptés de payer les frais.

 

Le maire de Porto, Rui Moreira, estime que «le succès de Porto en tant que destination de référence est en croissance constante, associé à la population résidente et à la population migrante qui vient quotidiennement au centre-ville, implique une pression accrue dans les installations publiques, dans les infrastructures, sur la voie publique et dans l'espace urbain en général ".

 

 

Source : Idealista